[Dossier Lait] Hypocrisie Médicale et Scandale Sanitaire autour de l’Industrie Laitière

Dans l’état actuel des choses, au vu des études réalisées et des chiffres annoncés, il faut être insensible et insensé pour continuer à consommer des produits laitiers. En effet, ce qu’on nous vend comme un aliment indispensable à notre croissance, nécessaire pour nos besoins en calcium, se révèle être, outre une aberration (aucun mammifère passé le sevrage n’ingère de lait, ni exploite une autre espèce que la sienne pour nourrir ses petits), un aliment mauvais voire même dangereux pour la santé, et dont la chaîne de fabrication est non seulement extrêmement polluante, mais aussi génératrice de souffrance.
Quand on sait que pour produire 1L de lait, il faut 1000L d’eau, que la production laitière mondiale frôle les 700 millions de tonnes par an, que par conséquent, pour toujours plus de rendement, le lait contient du pus, des antibiotiques, des hormones de croissance, etc, il n’est pas inutile de remettre en question une pratique alimentaire banalisée, même si elle s’avère dater de 12000 ans.
« Humeur fondamentale du corps humain (comme le sang et le sperme), le lait est chargé d’une grande signification symbolique, car il a le pouvoir de transmettre les qualités et les défauts de la femme, voire de l’animal, qui l’a produit. », à ce titre, il est peut-être temps de cesser de s’alimenter comme des animaux pour cesser de se comporter comme du bétail…

Lait de vache : inconvénients pour la santé

Le lait de vache cumule plusieurs inconvénients :

– C’est un aliment acidifiant et donc conduisant à une déminéralisation ( ostéoporose ) pour compenser le déséquilibre acido-basique : travaux de l’INRA – F . Cet état conduit d’abord à la spasmophilie ( par compétition Calcium > et Magnésium ) et induit enfin des lithiases calciques



– Le lait est trop riche en phosphore qui hyperstimule les parathyroïdes et trop riche en protéines perturbant l’assimilation du calcium


– Le lait est indigeste par sa quantité en graisses saturées ( autant que 3 tranches de lard pour 1 verre ! ) et son manque d’A.G.P.I permettant le développement du S.N et des organes des sens


– Le lait est indigeste car l’estomac humain ne possède pas la présure des ruminants ( nourrisson encore moins ) permettant de cailler le lait et sa caséine ( 300 fois plus que le lait maternel ) / mieux sous forme de produits lacto-fermentés / yaourts et fromages. Il faut donc attendre que cela se fasse sous l’effet de la chaleur pour pouvoir le digérer


– Le lait est indigeste au niveau de son lactose qui induit une intolérance de plus en plus fréquente du fait de la non possession de l’enzyme lactase (que seuls 40% des adultes possèdent dans le Sud de l’Europe ) et son affaiblissement physiologique avec l’âge / 15 % chez l’adulte sinon des troubles intestinaux perturbant la flore intestinale et la muqueuse entérocytaire / perméabilité … et responsable d’une toxiinfection générale ( O.R.L , Respiratoire , Cutané chez l’enfant puis articulaire , vasculaire , endocrinien , neurologique chez l’adulte ) apparaissent = effet colle ( AG si intolérance au gluten et infections virales ) avec des peptides devenant de véritables antigènes perturbant l’immunité .


– Le lait fait partie des 3 produits les plus allergènes car ( chez le petit ++ ) les molécules de lait passent la barrière intestinale sans être dégradées ( auto-intoxication ) conduisant à une perturbation membranaire inflammatoire responsable d’une anémie avec perte de fer


– Le rapport lysine / arginine du lait de vache favorise une athérogénèse précoce chez l’enfant


– Le lait est fait pour le veau et contient une information spécifique à cette espèce qui n’est pas adéquat pour l’homme donc pourrait perturber le système endocrinien


– Le lait contient trop peu de lipase pour le nourrisson encore inadapté dans sa sécrétion pancréatique


– Une corrélation existe entre la consommation de lait ( présence d’E.G.F stimulateur de croissance pour le bébé ) et certains cancers / sein , GI ( le lait diminue la sécrétion biliaire )


– Le lait est un facteur de fixation des toxiques lipophiles / solvants et métaux lourds


– Le lait contient des hormones de croissance , des xéno hormones , des antibiotiques , pesticides et herbicides , dioxines , etc. qu’ont reçus ou mangés les vaches et ceci est encore plus concentré dans les fromages et yaourts ( 200 fois )


– Des études médicales constatent une relation entre consommation de produits laitiers et maladies auto-immunes / diabète juvénile à cause de l’impact immunitaire perturbant du lait


– Aucune espèce animale ne consomme de lait après le sevrage …


– Le lait de vache ne contient pas les IgA sécrétoires apportant l’immunité à l’enfant dès la prise du colostrum + la lactoferrine bactériostatique et favorisant le développement de la flore intestinale


(Lire la suite sur AMESSI…)

Lait, mensonges et propagande
par Thierry Souccar

Après le succès de Santé, mensonges et propagande, qui s’attaquait aux conseils nutritionnels devenus vérités premières, Thierry Souccar jette un nouveau pavé dans la mare de l’industrie agroalimentaire et de la nutrition « officielle ».

Avec ce document, il s’en prend à l’un des plus gros segments du marché de l’agroalimentaire : les produits laitiers. Il expose les dessous d’un succès marketing sans précédent et montre, études à l’appui, que les arguments des industriels et des nutritionnistes pour nous faire consommer plus de laitages sont mensongers :


« Les laitages préviennent l’ostéoporose. » Faux
« Nos os ont besoin d’un maximum de calcium. » Faux
« On est plus mince quand on boit du lait. » Faux
« Il n’y a aucun risque de cancer avec les laitages. » Faux
« Les buveurs de lait ont moins de diabète. » Faux


Au contraire, au niveau auxquels ils sont officiellement conseillés – 3 à 4 par jour – les laitages peuvent favoriser maladies cardiovasculaires, diabète, cancer de la prostate…


Puisé aux sources scientifiques les plus récentes, ce livre propose une alternative nutritionnelle, la seule aujourd’hui capable de prévenir l’ostéoporose et les maladies de civilisation. Sans se bourrer de laitages!


« Ce livre ne peut faire que du bien à la Santé publique. Il est en avance sur son temps. »
Pr Henri Joyeux, cancérologue à la faculté de médecine de Montpellier, auteur de la préface (Source)

Extrait


Comme les extraterrestres de la série, d’autres Envahisseurs sont parmi nous depuis la fin des années 1960 : ce sont les représentants de l’industrie laitière ou les médecins qui travaillent pour elle. Rien, ou peu de chose ne permet de les distinguer d’un médecin ou d’un scientifique normal. Ils sont dans les instances officielles, les organisations gouvernementales, les colloques scientifiques et médicaux, les médias, les expositions pédagogiques, les écoles. Leur mission : nous faire avaler un maximum de laitages. Voici quelques traces de leur présence parmi nous !
La prolifération des Envahisseurs est orchestrée dans tous les pays par la grande famille des producteurs et des industriels de la voie lactée. Aux États-Unis, le National Dairy Council est aux commandes. En France, trois patriarches oeuvrent main dans la main : la Fédération nationale des producteurs de lait, la Fédération nationale des coopératives laitières et la Fédération nationale des industries laitières. Tout ce beau monde a porté sur les fonds baptismaux une structure de « promotion », le Centre national interprofessionnel de l’économie laitière (CNIEL). Or figurez-vous que le CNIEL a fait des petits.

À commencer par le CIDIL (Centre interprofessionnel de documentation et d’information laitières), créé en 1981. Le CIDIL contribue selon sa propre profession de foi « au développement de la consommation du lait et des produits laitiers, par des programmes de promotion collective ». Le CIDIL porte la bonne parole laitière aux médecins et au grand public. Aux médecins, en finançant des numéros spéciaux de la presse médicale pour rappeler l’intérêt du calcium laitier. Ou en montant des conférences.

Comme le CIDIL avait un patronyme un peu trop voyant, le CNIEL a accouché au début des années 1990 d’une association loi 1901 – plus discrète et donc propice à la mission des Envahisseurs – le Centre de recherche et d’information nutritionnelles (CERIN). Pas de trace de lait là-dedans, un nom bien rassurant et quasi officiel qui leurre chaque année des journalistes et jusqu’à la Commission européenne, un temps persuadée, comme nous l’avons écrit dans Santé, mensonges et propagande, que ledit CERIN était un organisme officiel. Si le CERIN se présente comme « un organisme scientifique dont la mission est de favoriser le développement et la diffusion des connaissances sur les relations entre alimentation et santé », les objectifs y sont en réalité les mêmes qu’au CIDIL : vous faire ingurgiter des laitages.


ILS SONT PARTOUT


La stratégie des Envahisseurs repose sur l’établissement de liens étroits et réguliers avec des médecins, des chercheurs, d’ailleurs souvent naïvement persuadés de l’intérêt des laitages, mais aussi des organismes publics. Ainsi, l’industrie assure une large part du financement de l’Institut français pour la nutrition (IFN), une structure très influente auprès des pouvoirs publics qui permet de rapprocher les vues des médecins et chercheurs d’une part et celles des industriels de l’agro-business d’autre part. L’IFN fonctionne comme un lieu d’échange où se nouent des contacts fructueux entre scientifiques et industriels. Les premiers parlent, mais ce sont les seconds qui paient. Équilibre délicat. Passe encore pour les colloques organisés par l’IFN sur des sujets qui ne fâchent pas comme le vieillissement cérébral ou l’activité physique. Là où l’exercice trouve ses limites, c’est lorsqu’il s’agit de dire le rôle des aliments transformés sur la santé, ces aliments-mêmes fabriqués par les bâilleurs de fond de l’IFN. (Source)

Entrevue de Thierry Souccar sur France Inter, le 06.04.2007

Lait : notre ami pour la vie

Le lait de vache, c’est bon pour la santé » : depuis 1954 et l’instauration du verre de lait obligatoire dans nos écoles, cette certitude est solidement ancrée dans la culture alimentaire française.


Au pays de Danone (le numéro 1 mondial des produits laitiers), nos supermarchés regorgent de laitages sous forme de produits frais (lait, yaourts, fromages) mais aussi dans un grand nombre de préparations industrielles (pizza, saucissons, bonbons…).


Résultat : les petits français ingèrent en moyenne 1 gramme de calcium par jour alors qu’il ne faudrait pas dépasser 0,5 grammes. Cela peut-il avoir des conséquences sur leur santé ?


Notre enquête montre qu’en dehors des traditionnels phénomènes d’allergies au lait de vache (80 000 bébés concernés par an, soit un enfant de 0 à 4 ans sur dix), les matières grasses des laitages tendent à favoriser obésité et diabète.


Plus préoccupant : des études scientifiques ont récemment mis en évidence un lien entre surconsommation de lait et cancers des ovaires ou de la prostate.


Ces enquêtes sont-elles fiables ?


Pourquoi sont-elles si peu connues en France ?


Les experts des organismes publics censés nous informer sont-ils vraiment indépendants ?


Comment l’industrie laitière pousse-t-elle nos enfants à consommer ?


Menée en France, aux Etats-Unis ou en Europe du Nord, cette enquête montre que notre pays tarde à s’interroger sur les conséquences sanitaires d’une surconsommation avérée de produits laitiers.


Dans d’autres pays comme la Finlande, des politiques publiques très volontaristes ont été mises en place pour réduire la surconsommation de laitages.


Une enquête de Cécile Allegra et Carole Gréco (Source)

Vaches laitières :
le martyre des mères non-humaines

Ces 40 dernières années, on a transformé à coup de sélections génétiques, médicaments, hormones et subventions européennes (payées avec nos impôts), de paisibles mammifères ruminants en véritables MACHINES à lait. Une vache peut aujourd’hui produire entre 6.000 et 12.000 litres de lait par an ou 20-40 litres par jour ; c’est 10 fois plus que son ancêtre dans les années 50. La moyenne « naturelle » de production de lait d’une vache qui allaite son petit est de maximum 1.000 litres par an.


Ces 40 dernières années, on a transformé à coup de sélections génétiques, médicaments, hormones et subventions européennes (payées avec nos impôts), de paisibles mammifères ruminants en véritables MACHINES à lait. Une vache peut aujourd’hui produire entre 6.000 et 12.000 litres de lait par an ou 20-40 litres par jour ; c’est 10 fois plus que son ancêtre dans les années 50. La moyenne « naturelle » de production de lait d’une vache qui allaite son petit est de maximum 1.000 litres par an.


C’est à l’âge d’environ 15 mois que commence le cercle infernal : insémination, mise bas, retrait du petit, insémination…car pour produire du lait, une vache comme une femme ou tout autre mammifère, doit d’abord avoir un petit. Chaque grossesse dure 9 mois et chaque mise bas se fait systématiquement par césarienne car les sélections génétiques ont créé des veaux devenus trop larges pour passer par le canal naturel de mise bas.


Le petit veau est séparé de sa mère dans les 24 heures après la mise bas, ce qui procure angoisse et désarroi pour la vache autant que pour le petit. Des études ont démontré que le deuil de la séparation dure des semaines entières, tandis que la vache totalement désorientée, pleure et cherche son petit. Trois mois après la naissance de son premier veau, la vache est à nouveau inséminée. Ce qui signifie qu’elle a constamment les mamelles pleines correspondant à une charge de plus de 50 kg.


À force de pousser l’animal au-delà de sa limite biologique, la vache est devenue anormalement difforme (bassin et pis hypertrophiés), ce qui engendre douleurs, boitements, infections mammaires entre autres maladies traitées à coup d’antibiotiques. Le petit veau finira en pâté pour chien et chat s’il est conduit à l’abattoir dès qu’il est retiré de sa mère. La présure, substance provenant de son estomac, sera alors extraite pour servir à la fabrication des FROMAGES. Ou bien, il passera 5 longs mois, enfermé dans l’étroitesse d’une caisse en bois, totalement isolé de ses congénères, où il n’aura pas même la place de se retourner.


L’industrie laitière fait intégralement partie de l’industrie bouchère : la viande de veau et la fabrication des fromages grâce à la présure extraite de son intestin en sont la démonstration : 70 % de la viande de bœuf provient des vaches laitières. En résumé, prétendre qu’une vache élevée pour sa viande souffre plus ou soit moralement moins acceptable qu’une vache élevée pour son lait est tout simplement ABSURDE. Il en est de même pour leur impact sur la planète et sur la santé humaine. (Source : Veganimal)

** Attention Images Violentes **

Quelques Chiffres…

Litres de lait produits en Europe en temps réel
Litres de lait produits finissant en packs, bouteilles ou briques en temps réel
Kilos de fromage produits dans le monde en temps réel

La production de lait de vache en Europe se fait grâce à la culture intensive du soja . Celle ci se traduit par la déforestation, un usage conséquent de pesticides, d’OGM, la monoculture qui affaiblit les sols et appauvrit les populations locales qui ne sont plus en mesure de se consacrer aux cultures vivrières. Par ailleurs, pour produire 27 litres de lait, une vache doit boire plus de 170 litres d’eau !


Rappelons que 15 à 20% des émissions mondiales de méthane sont liées à l’élevage des animaux.
La production d’un kilo de viande de veau rejette autant de GES qu’un trajet automobile de 220 km. Celle d’un kilo de bœuf équivaut, elle, à un trajet de 70 km. (Source)

Les deux vaches mortes par Insolente Veggie

Et les Alternatives?

Les alternatives à la consommation de lait de vache ne manquent pas. Pour la cuisine de tous les jours, on pourra utiliser des laits végétaux (amande, avoine, soja, noisette, riz, etc…) qu’on trouve facilement dans le commerce, ou qu’on peut réaliser soi-même (exemples ici et ) :

Lait Végétal en Deux Minutes

Pour l’alimentation infantile, si la mère ne peut allaiter son bébé pour des raisons de santé, il existe ici aussi des alternatives, on trouve par exemple les laits Modilac riz ou Prémiamande (voir ici et . A noter que le second contient de la D3, vitamine D qui provient de la laine de mouton, et par conséquent n’est pas un produit végétalien mais végétarien, ce qui reste tout de même acceptable quand on ne peut vraiment pas allaiter).

Si la maman ne peut pas allaiter son enfant, on fabriquera du lait de femme avec :
* les céréales (riz…) pour l’essentiel = 80%
+ légumineuses (lait de soja…) en petite quantité = 20%
+ un peu de légumes (carottes…) ou de fruits en compote
+ huiles (noix, soja, chanvre…)

Le tout passé au mixeur et filtré pour refaire un lait auquel on ajoutera là encore une petite partie de la tablette de multivitamines fondue [Le Multi Vitamine Prénatale de Biovea, à noter que c’est un produit végétarien et non vegan car la Vitamine D (cholécalciférol) qu’il contient est synthétisée à partir de la lanoline provenant de la laine de mouton], le tout donné au biberon.

Il ne faudra pas nourrir le bébé avec du lait de soja exclusivement, car ce lait est très lourd, ce qui provoquerait des difficultés de digestion avec nausées… (Source et suite)

LIRE AUSSI :

« LE LAIT : LE POISON MORTEL » par Robert COHEN
LE MYTHE DU LAIT…
Le Grand Mythe du Calcium
Les dangers du lait de vaches dans notre alimentation
Le lait, un poison ?

A Propos de l'Auteur

KeïKo
Co-fondatrice d’Amsha, créatrice de Kaneh-Bosem, mère de deux enfants. Se consacre aujourd’hui à transmettre ses connaissances sur la dimension initiatique de l’enfantement et à informer sur les enjeux d’une naissance libre. - Visiter son Site / Voir tous ses Articles


Articles Similaires :

La fin d’une aventure et le début d’une autre !

Des Fruits Biologiques contre le Cancer?
Des Fruits Biologiques contre le Cancer?

Retirons les Animaux du Menu et de ces Chambres de Torture
Retirons les Animaux du Menu et de ces Chambres de Torture


30 Commentaires

  1. Clémentine dit :

    merci pour cet article très complet

  2. vincent dit :

    Très intéressant… Pourriez-vous me donner les références exactes et les noms des chercheurs qui ont travaillé sur ce dossier, et notamment en ce qui concerne l’ostéoporone ? Ma grand-mère est décédée de cette maladie, et prenait effectivement beaucoup de laitages… mais, seulement parce que les médecins lui préconisaient de s’alimenter sainement avec des laitages pour retarder les effets de la maladie.

  3. chapelan dit :

    de toute urgence l humaniyé doit devenir végétalienne.c est d une evidence criante
    que faut il faire pour que les gens comprennent.je me pose une question hard.tous ces gens qui s empiffrent de foie gras de viande de lait de tele abrutissante valent t ils la peine d etre sauves et si on a conscience de ses erreurs qu entre 2 incarnations et que l on continue de travers
    je commence a douter et je suis de plus en plus terrifiée

  4. matllica dit :

    tu devrais te mefier de ce que tu racontes chapelan, chaque etre humain est different et a des besoins alimentaires differents suivant sa constitution, son cadre de vie etc… Arretons de croire que les choses sont toutes blanches ou toutes noires, il y a du bon et du mauvais en tout, apprendre a se connaitre est une des clés.

    • chargère dit :

      La sauvegarde du vrai tient moins dans son affirmation, que dans la considération du caractère limité de tout ce qui apparaît comme vrai.

  5. chapelan dit :

    bonjour
    pour votre information pouvez vous visionner sur le site les insoumis ou sur le web le documentaire de gary yourofsky tres edifiant pour savoir connaitre si l homme est vraiment un carnivore sans parler de la base dentition intestin etc etc.deja en fac de medecine il y a un siecle on m enseignait que le corps reagit a l ingestion de viande comme a une mega attaque microbienne.gary vous expliquera que boire du lait est pire que le fait de manger de la viande.
    pour ma part j ai été condamné par la médecine 2 fois et mon régime alimentaire m’a sauvé la vie
    de tout coeur j espere que vous ecouterez gary
    bien a vous
    nicole

  6. matllica dit :

    je ne dis pas que ca n’est pas vrai mais que ce qui est vrai pour toi ne l’est pas forcement pour moi, dans certains textes esoteriques il est meme dit que boire du poison peut ne pas etre fatal si c’est ingéré consciemment (bon je tenterais pas le coup pour autant 😆 )

    par contre je serais obligé de faire un regime quasi vegetalien le jour ou je decide d’aller au perou me faire initier a l’ayahuasca.

    J’espère ne pas etre passé pour un aggressif en me relisant apres coup je me suis dit  » s’aurait pu etre mieux redigé ».

    peace

    • chapelan dit :

      bonjour
      non ne te fais pas de souci.ce que tu dis pour le poison est vrai mais il faut vraiment avoir de hautes vibrations et y croire.j bousquet nous le disait tout est affaire de croyance
      tres interressant ta future experience initiation avec l ayahuasca
      tu fais ca au mexique?
      j aimerais que tu me tiennes au courant car cela m interresse beaucoup
      mon e mail nicolechapelan@hotmail.fr
      salutations

  7. matllica dit :

    c’est un projet mais ca ne se fera pas avant 3/4 ans je pense, en attendant je te conseille un reportage « l’ayahuasca, le serpent et moi » le bouquin de jan kounen « carnets de voyages interieurs » ainsi que son reportage autres mondes et son film blueberry.

    mexique, perou… Je sais pas je dois me renseigner.

  8. KeïKo dit :

    Hello les amis!
    Merci pour vos réactions.

    Tu sais Mattlica, ce que disent les livres, au bout d’un moment, faut savoir lâcher du lest :p
    La voie du mage est celle du sage : Amour – Sagesse – Vérité – Justice – Vertu.
    Peut-on être juste, sage et vertueux en étant cruel? de toute évidence : non. Une alimentation autre que végétalienne est cruelle et terriblement violente, et s’emplir de cette violence ne peut pas aider l’homme à s’améliorer.

    Steiner disait « Le régime végétarien sans la contrepartie d’un effort spirituel mène à la maladie », je pense qu’il a raison, dans le sens où dompter notre animalité s’inscrit dans une quête spirituelle. Être homme, c’est chercher à révéler cet être de lumière qui sommeille en soi, et refuser de se limiter à n’être qu’un homo-sapiens aux besoins primitifs. Ses besoins existent, mais ne doivent pas rester la fin. Toujours aller au-delà. Chercher la transcendance.

    Mais pour n’en revenir qu’au lait et produits laitiers, seul le fait de constater que nous sommes la seule espèce à en consommer passé l’âge du sevrage, et qui plus est celui d’autres espèces, suffit à mon sens à rendre évidente l’absurdité de la chose 😉

    • chapelan dit :

      souvent je me dis que les mots sont vains mais quand je lis ce que tu écris c est tellement lumineux
      merci de cela
      nicole

    • Thierry dit :

      Bonjour Keïko,
      En regardant le Premier Rastafire il me semble que je reconnais la Keïko passionnée et enflammée, cultivée et sensuelle, que j’ai rencontrée dans les Landes à la recherche de son enfant intérieur… isn’t it?
      Que la vie te protège Keïko!

  9. matllica dit :

    castaneda c’est pas sur l’ayahuasca, mais d’autres psychotropes.

    keiko je suis d’accord sur le fait de transcender tout ce qu’on peut, je trouve etonant que tu dises de lacher du lest sur la lecture en citant du steiner 😉

    Je me gourre peut etre mais je reste, a l’heure actuelle, persuadé qu’en tant qu’etre incarné on se doit de garder un pied dans chaque monde, c’est a dire retser en contact avec notre etre spirituel qui a besoin de « planer » et de notre etre materiel ou animal qui a un instinct de survie et qui se doit de manger de tout. Sur la viande ou les produits tirés de la viande je pense que le meilleur moyen de transcender ca c’est d’arreter de consommer ces produits parce qu’ils sont créés seulement pour nourir l’Homme et que l’animal n’est pas respecté il n’est qi’un produit. L’animal chassé est souvent meilleur certainement car il a eu une vie sauvage et donc a pu vivre sa vie hors des enclos-champs. Pour moi c’est le rapport a la vie qui prevaut, j’attend de voir dans quelques années des gens qui vous dirons  » bande de cretins sauvages, arretez de manger des plantes, ce sont des etre vivants » 😆

    transcender la vie c’est mourir, on y arrivera tous, vous pressez pas bande de citrons.

    bref arretons de balancer nos verités a la face des autres restons tolérant et gardons a l’esprit que meme si nous sortons d’un meme moule nous sommes tous differents (pas 2 empreintes digitales identiques dans l’histoire de l’humanité)

    bises

    • chapelan dit :

      salut
      ce n est pas moi qui cite steiner et d autre oui les plantes sont vivantes et comme dit jacqueline bousquet nous sommes destinés a devenir des etres cosmique. donc a ne plus nous nourrir du tout seulement du prana de l air.question as tu déja visité un abattoir ou regardé des videos sur le sujet? TOUTE LA VOILENCE QUE TU VOIS DANS LE MONDE ELLE EST EN TOI ET POUR BEAUCOUP DE L INFORMATION HAINE ET SOUFFRANCE ING2R2E PAR LA VIANDE.si tu regardes les 4 bases de l adn le nombre de codons possibles est d une soixantaine et nous n avons que 26 chromosomes.oui pas un etre humain paril ni meme un meme brin d herbe mais a la base nous ne sommes que des tourbillons d energie plus exactement de l adn densifié
      bien a toi
      quant a cette herbe je n y toucherais pas a ta place.tu risques de decouvrir de tres mauvaises chose et tu ne tes jamais posé la question pourquoi il te demande de devenir vegetalien avant d en prendre.tu devrais creuser la question

  10. matllica dit :

    relis moi au lieu de te chauffer toute seule 😆 je parlais a keiko, d’ou mon « keiko »
    Et pour la viande c’est en gros ce que j’ai dit, la viande qui vit en milieu sauvage est meilleure, je suis d’accord pour le fait qu’on est voué a devenir des etres cosmiques, d’ailleurs on l’est entre 2 incarnations. La nouriture pranique est la nouriture de l’ame, personnellement j’ai une ame et aussi un corps.
    L’integrisme qu’il soit politique, religieux ou spirituel est néfaste a l’evolution des etres:
    Donc pour ce qui est de mon chemin spirituel, je te remercie de ne pas t’en meler ca ne regarde que moi chere chapelan.

    • KeïKo dit :

      Hello mattlica,
      Tu as effectivement une âme et un corps, mais ni l’un ni l’autre n’ont besoin de chair (ni fraîche ni en décomposition) pour survivre. Si tu veux « garder un pied dans chaque monde », pas besoin de faire couler du sang pour ça : si tu planes un peu trop, travaille la terre, plante des légumes avec tes petites mains, ou fais du yoga et tu auras le même résultat 😉

      Quoique tu fasses, avec ou sans manger, ton corps à lui tout seul est un parfait trait d’union entre le Ciel et la Terre, l’énergie cosmique (le yang) passe par tes méridiens solaires du sommet de ta tête vers le corps, et l’énergie tellurique (le yin) monte de la plante des pieds par tes méridiens lunaires.

      Tu peux toujours défendre ton beefsteak, mais je ne connais à ce jour encore aucun argument qui justifie qu’on tue des êtres sensibles pour survivre (et qui plus dans nos sociétés capitalises où on peut se procurer de tout très aisément), et encore moins qui me prouve que nous ne sommes que des animaux en proie à de triviaux instincts…

      • matllica dit :

        J’ai lu des bouquins esoteriques/spirituels/mystiques qui expliquent bien qu’il y a autant de regimes que d’etres vivants sur cette terre, un des derniers c’est deepak chopra qui parle de 4 grands courants les « cerealiers », les legumes, les fruits et les viandards. La proportion de chaque aliments acceptable par le corps etant differente suivant le groupe dans lequel on se trouve.

        Deuxièmement chez les esoteristes on parle de regnes: mineral, vegetal, animal et humain. Pourquoi dans ce cas se limiter a ne pas manger de viandes? Les plantes et les mineraux sont aussi des etres vivants (vibrants) et souffrent certainement a leur maniere quand on les mange. C’est parce qu’on voit pas leurs yeux qu’on a pas de pitié pour eux?

        Mon fils a eu une carence en fer parce qu’on lui donnait pas assez de viande rouge, du coup il a recu des pastilles d’homeopathie, meme si c’est de l’homeo je prefere lui donner un bout de boeuf bio maintenant et il aime ca et a 3 ans on peut pas dire qu’il soit manipulé, il aime parce que son corps en a besoin. Ecoutez vos corps et pas les discours alternativement correct (si jpeux me permettre le terme 😆 )

        Je sais que t’es pas une integriste keiko mais je trouve malsain de dire aux gens ce qu’ils doivent ou ne doivent pas faire et ca autant dans le sens des gouvernents (vaccins and co) que dans le sens de certains dogmes new ageux.

        • chapelan dit :

          keiko n impose rien elle informe et si tout le monde avat son immense coeur le monde irait mieux.les grands scientifiques nous disent que dansdes centaines d années il sera imperatif pour la planete que nous devenoins vegetariens.gaspillage d eau de proteines pollutions sans compter toute cette souffrance et comme le dit si bien j bousquet avant de te preoccuper de la souffrance de la salade occupe toi de l agneu qui crie du boeuf
          pour les carences en fer une bonne soupe dortie plante miraculeuse et une salade de lentilles aurait fait l affaire
          pour l ortie tu devrais visionner sur le blog des insoumis le reportage sur elle
          bien a toi

  11. gil dit :

    hitler etait végétarien ce qui ne l’a pas empèché d’ètre le pire sanguinaire il etait aussi à moitié à moitié juif
    puisque était le fils d’une famille juif qui a engrossé la servante c’est peut-ètre pour cela qu’il a voulu les éliminer

    • chapelan dit :

      si tu te renseines bien hitler etait vegetarien car deja il y avait un fort mouvement dans ce sens qu il voulait recuperer mais sa plus grosse raison c etait qu il puait tellement transpiration excessive ,excrement dont l odeur faisait fuir a 100 metres que son medecin lui a conseillé d etre vegetarien
      voila c est tout bete
      c est une des raisons d ailleurs pourlaquelle je ne vais jamais aux topilettes apres des carnivores car l odeur de putrefaction m est insupportable.

    • chapelan dit :

      ce que j ai ecrit etait juste.regime pour desordre digestifs mais il est archifaux que hitler etait vegetarien.en 1933 il a interdit tous les mouvements vegetariens en allemagne et sur les territoires occupés.c est son chef de propagande qui disait hitler ne fume pas ne boit pas ne mange pas de viande.il haissit les animo et meme son berger allemand qu il disait aimer se prenait des grands coups de lattes tous les jours
      les rumeurs ont la vie dure alors cassons celle ci
      et hitler meprisait d ailleurs gandhi pour sa non violence et son vegetarisme
      tu peux verifier tout ceci en tapant hitler végétarien et tu n auras que l embarras du choix

  12. […] [Dossier Lait] Hypocrisie Médicale et Scandale Sanitaire autour de l’Industrie Laitière […]

  13. Ophélie Nicolaus dit :

    Objet : Demande de pétition

    Bonjour,

    Etant consciente et alarmée des méfaits et de l’hypocrisie quant aux produits laitiers, j’ai pensé rédiger une pétition qui puisse renverser, ou du moins bousculer, les industries/lobbies agroalimentaires. C’est honteux de savoir que les produits laitiers sont promus seulement pour une histoire d’économie, fondée sur le profit et non pas sur le bien-être de la population..
    Or je ne possède pas toutes les données précises pour en faire une convaincante. C’est pourquoi je me tourne vers vous. Je suis tombée sur votre site, qui semble contenir un bon nombre d’informations et de sources-clés nécessaires pour créer une pétition afin d’intervenir dans ce scandale sanitaire et biologique. Seriez
    – vous partant pour faire une synthèse de vos recherches, sous forme de pétition ? S’il le faut je pourrais m’en occuper, avec votre accord.
    Cordialement,

    Une insoumise qui a soif de changer quelques « bricoles »

  14. Latour Elisabeth dit :

    Je suis à la recherche , pour les soignants d’un hopital , de ce même document « Hypocrisie Médicale et Scandale autour de l’Industrie Laitière « mais sous une autre forme : diaporama ou DVD afin de permettre à toute l’equipe médicale et diététicienne de s’informer , se questionner et agir ensemble.

    Bravo pour vos actions et d’avance merci pour votre réponse.
    Recevez mes plus sincères salutations

    Elisabeth Latour

  15. Ray dit :

    Bonjour,
    Je vois bien depuis quelques temps les articles sur le lait.
    Mon problème : je n’arrête pas de manger si je n’ai pas un bol de lait. Maintenant je mange moins de viande, mais petite je n’aimais pas les légumes, au point d’avoir des nausées. Bref : lait, pommes de terre, pâtes, viande et fruits. J’ai commencé à manger des légumes que tard à l’âge adulte.
    Et à présent, je commence à changer, naturellement, sans m’obliger. Je mange bien plus de légumes, toujours des fruits, moins de viande, peu de pain, mais il me faut toujours mon bol de lait, (vrai lait direct de la vache de la ferme, sans OGM, sans ensilage, ne supporte pas le lait en boite).
    Je pense donc à travers ce changement qui n’est pas forcé, que l’on doit suivre ce que le corps demande.
    R.

  16. […] [Dossier Lait] Hypocrisie Médicale et Scandale Sanitaire autour de l’Industrie Laitière […]

  17. […] [Dossier Lait] Hypocrisie Médicale et Scandale Sanitaire autour de l’Industrie Laitière […]

Laisser un Commentaire