L’Énigme d’Ici

A Propos de Nic Askew, le Réalisateur

Nic fait des films. Courts, en noir et blanc. Bien plus que simples. Des films qui montrent les gens tout nus tels qu’ils sont. Des films réalisés avec un rythme qui n’a guère de sens lorsqu’on l’oppose au galop de notre vie moderne.
Dans un même souffle, ils semblent apaiser et, celui d’après ils peuvent nous défier jusqu’à nous rendre vraiment mal à l’aise. Ils ne sont pas pour tout le monde. Ils sont pour ceux qui se sont mis à consciemment chercher un sens à la vie.

On dit que les films de Nic secouent l’âme… (> Source)

L’Énigme d’Ici « The Riddle of Here »

Récit de Charananand
Court métrage de Nic Askew
Produit par Edwin Escobar
Guitare : Nic Askew
Traduction en français : Corinne


Les adultes sont coincés dans cet endroit, cette noix de coco ici (montre la tête)


Ils pensent, pensent, pensent, et ils ne savent pas comment revenir ici (cœur)…


Nous avons tous besoin de connaître le foyer qui existe ici pour nous. Nous ne sommes dans ce monde que pour de courtes vacances – nous ne serons pas toujours là…


… Il n’y avait pas de télévision, pas d’électricité, pas de routes pavées, une vie simple, un mode de vie simple, les membres de ma famille – plus de cinquante entre mes cinq oncles, et ainsi de suite – étaient tous très heureux, affectueux – ils se souciaient les uns des autres.


Et la vie dans les villages indiens se passe ainsi. Tout le monde se connaît, tout le monde aime et se soucie des autres. Si une personne tombe malade tous les villageois vont lui rendre visite, alors le fardeau est moins lourd à porter pour la famille – parfois ils doivent rester toute la nuit au chevet de la personne, mais les villageois les relaient. Alors c’est vraiment une vie très simple et belle, et ce depuis longtemps.


Maintenant, les villages se vident à cause du départ de la plupart des jeunes gens. Ils reçoivent une instruction et veulent aller à la ville.


Nous pensons tous être tellement cultivés. Il y a la science, la technologie, et ceci et cela. Oui, c’est vrai, et cela a apporté beaucoup de confort, au niveau physique, mais la science et la technologie n’ont pas encore contribué au bonheur et à la satisfaction des êtres humains.


Sir Isaac Newton n’a pas inventé la loi de la gravité, elle existait déjà, il n’a fait que la découvrir. Ainsi, la source du bonheur est déjà en nous. Il n’est pas créé, personne ne peut le créer et personne ne peut nous le prendre. Notre naturel est de trouver cette joie, cette plénitude, – quel que soit le nom que vous lui donnez – dans des choses simples. C’est ce que nous faisions quand nous étions bébés ; et maintenant que nous avons grandi, notre bonheur et notre satisfaction sont quelque part là dehors : Ça, – si je peux avoir cela, je serai heureux. Si j’obtins ceci, je serai heureux. Les gens travaillent très dur pour obtenir tout cela, ensuite, le même intellect y trouve à redire.


Est-ce que vous regardez ici, ou vers là-bas ?


J’ai vu un petit bébé, ce bébé souriait les yeux fermés – j’ai vu sa photo – et ce qui fait sourire ce bébé – parfois quand on regarde un bébé, on sourit et il sourit en retour, mais ce bébé qui n’avait que quelques jours, ses yeux étaient fermés, et un grand sourire éclairait son visage. Qu’est-ce qui rend cet enfant si heureux et si satisfait ?


Nous cherchons une chose très simple.


Si simple que nous ne pouvons la tenir ni dans nos mains, ni dans notre tête.


Alors nous cherchons chez lui, ou chez elle, chez eux, ici et là.


Nous cherchons partout sauf ici.


Quand, à quel moment, mais pas dans le présent.


Cette chose est cachée juste derrière notre intelligence.


Alors nous supposons qu’elle est là, dehors.


Seulement, elle est peut-être là, à l’intérieur.


C’est comme dans un profond sommeil, le mendiant oublie qu’il est mendiant, et un roi oublie qu’il est roi. Tout le monde retourne à cette condition. Mais comment entrer en contact avec cet endroit, avec cette sensation alors que nous travaillons dans ce monde ? C’est pourquoi je me sens vraiment privilégié que quelqu’un m’ait montré un moyen de me tourner vers l’intérieur. Et maintenant je peux me relier à ceci (montre le cœur), tout comme je peux être en contact avec le monde extérieur.


C’est possible pour tous, partout. Peu importe où nous sommes. Ce que nous appelons paix, ou bonheur, ou satisfaction, voyage avec nous. Cela fait partie de notre nature. Le propos de la vie : notre cœur nous rappelle de trouver cette joie intemporelle qui ne disparaît jamais.


La vie est si précieuse, la vie est sublime. Profitez-en pendant que vous en avez le temps.


La vie est si précieuse, la vie est sublime. Profitons-en pendant que nous en avons le temps.


Ici ou là-bas ! ( > Source)

A Propos de l'Auteur

KeïKo
Co-fondatrice d’Amsha, créatrice de Kaneh-Bosem, mère de deux enfants. Se consacre aujourd’hui à transmettre ses connaissances sur la dimension initiatique de l’enfantement et à informer sur les enjeux d’une naissance libre. - Visiter son Site / Voir tous ses Articles


2 Commentaires

  1. David dit :

    Magnifique. Merci.

  2. legros frédéric dit :

    extraordinaire,en créole (Ile de la Réunion) on dit  » oute zistoire sur la vie lé gaillard » merci

Laisser un Commentaire à David