Le Boycott est désormais Interdit en France

« Quand on pense qu’il suffirait que les gens ne
les achètent plus pour que ça ne se vende pas ! «  — Coluche

Coluche n’aurait pu définir plus simplement et justement le principe de boycott – qui est, avant tout, une prise de conscience. Boycotter, c’est reconnaitre le pouvoir de nos choix, et admettre qu’ils peuvent indéniablement influencer la réalité. Mais qui aurait pu croire que cette expression élémentaire d’une liberté fondamentale aurait pu être remise en cause un jour en France? Pas Coluche en tout cas. Cet évènement, digne des régimes politiques les plus vils, serait totalement passé inaperçu si Benoist Hurel, secrétaire général adjoint du Syndicat de la Magistrature, ne l’avait pas pointé du doigt dans une tribune qui lui fût accordée dans le journal Libération du 19 novembre 2010, et dans laquelle on apprend les raisons ubuesques avancées pour légitimer cette décision mise en application par la voie d’une simple circulaire.


Le but ne peut être plus clair:


Museler toute pensée dissidente en criminalisant et réprimant toute forme de contestation même non-violente, pour enfin réduire le peuple à l’obéissance et à la soumission, au silence et à la consommation.


Voici l’article en question:


Il est désormais interdit de boycotter

On a les victoires qu’on peut : Michèle Alliot-Marie a, il y a quelques mois, par une simple circulaire, commis un attentat juridique d’une rare violence contre l’un des moyens les plus anciens et les plus efficaces de la contestation des Etats par les sociétés civiles, à savoir le boycott. Le 12 février, la Chancellerie a eu cette idée extraordinaire selon laquelle tout appel au boycott des produits d’un pays n’était qu’une «provocation publique à la discrimination envers une nation», punie d’un an d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende. Le ministère demande aux procureurs de la République d’assurer une répression «ferme et cohérente» de ces agissements.


Soyons justes : la paternité de cette brillante initiative revient au procureur général de Paris qui avait, dans son rapport de politique pénale 2009, suggéré que «les faits de boycott ou de provocation au boycott peuvent s’analyser, selon les espèces, soit en une provocation à la discrimination, soit en une discrimination ayant pour effet d’entraver l’exercice d’une activité économique». On peut rappeler les actions de ce type dans l’histoire : boycott du Royaume-Uni en 1930 initié par Gandhi contre la colonisation, boycott de l’Afrique du Sud dans les années 70 par les militants antiapartheid, boycott, à la même époque, par la communauté homosexuelle américaine d’une marque de bière qui refusait d’embaucher les gays ou, plus récemment, boycott des produits chinois par les soutiens de la cause tibétaine et des produits israéliens par les militants palestiniens… Pour l’ex-garde des Sceaux, il ne s’agit pas là d’entreprises de protestation et d’émancipation, souhaitables en démocratie, mais d’associations de malfaiteurs en vue d’attenter à la bonne marche du commerce, donc du monde.


La notion de discrimination ne peut s’entendre que d’une différence de traitement n’obéissant à aucun but légitime. Une action collective qui viserait à ne pas consommer de produits d’une entreprise parce qu’elle licencie ou délocalise sa production, ou d’un Etat parce qu’il maltraite ses minorités ne peut être qualifiée de discriminatoire, sauf à ôter aux consommateurs leur seul pouvoir, celui de ne pas de consommer n’importe quoi et n’importe comment. Que l’on se rassure : les Etats qui décideraient d’imposer un embargo à un pays étranger n’encourront pas les foudres de la loi pénale…


L’instrumentalisation d’un texte qui visait à combattre le racisme, le nationalisme et le sexisme est inadmissible, surtout lorsqu’elle vise à faire taire l’engagement citoyen. La circulaire en question, qui a su convaincre au moins un tribunal, constitue donc, pour la société civile, une régression d’une ampleur peu commune. Cette provocation s’est pour l’instant heurtée à un mur de silence. La pénalisation de la contestation est toujours une mauvaise nouvelle pour la démocratie. L’absence de contestation de la pénalisation, lorsque celle-ci ne répond à aucun autre objectif que celui de museler les peuples, n’en est pas une meilleure.

(> Source)

Télécharger le PDF :

Tribune Boycott Libération
PDF – 72.1 ko


Le site du Syndicat de la Magistrature

A Propos de l'Auteur

Asokka
Fondateur du site LesInsoumis.org - Voir tous ses Articles


Articles Similaires :

L’Affaire Coca-Cola
L’Affaire Coca-Cola

La Chute – Désobéissance
La Chute – Désobéissance

Du Boycott et de la Liberté
Du Boycott et de la Liberté


21 Commentaires

  1. CANDidE dit :

    Là, c’est vraiment le début de la fin des haricots…

  2. Jaba dit :

    La fin des haricots mais rien est jamais acquis réellement !

    Va falloir qui me coupe les bras et la langue !

    Merci 😉

  3. Kristo dit :

    A ma connaissance le boycott a toujours été interdit en France, malheureusement, y compris pour les autres causes que vous évoquez.
    Il faut utiliser d’autres termes que le mot « boycott ». Par exemple « je n’achète pas », etc

  4. lusitanien dit :

    C’est surtout l’unilatéralisme de ce gouvernement qui est rageant…
    Tu es avec moi ou contre moi !

  5. hierr dit :

    une expression entendue à propos de d’usine lipton  » appel à bouder les produits.. »
    et pour détourner le problème ; question :
    le code-barre commence par 729, quel est le pays d’origine ?
    réponse sur internet.

  6. gerard lemaire dit :

    Fait ce que je dis mais pas ce que je fais
    Comment s’appellent les mesures de rétorsions appliquées par la France envers des états qu’elle désapprouve ?? Boycott non !!!

  7. Cyril dit :

    Juridiquement c’est bancal ! Il ne peut y avoir deux poids deux mesures ! L’état a droit et nous non ? Chose impossible, soit tous n’y ont pas droit soit tous y ont droit pas de loi à double sens. Ils devront trancher, un avocat le dira aisément j’en suis sur !

  8. noblabla dit :

    Moi, cette loi ne me concerne pas car d’abord je je demande pas aux autres de faire comme moi, de plus je ne fais pas de boycott, j’essaie de pas donner d’argent à des pays dont je ne respecte pas :
    – les politiques économiques : guerres, armement, nucléaire, mauvais usage d’un monopole de matière première, etc…
    – les politiques sociales : travail des enfants, conditions de travail insoutenables, etc…
    – les politiques sanitaires : OGM, dangerosité des produits exportés, etc…
    – Les pouvoirs politiques : dictature, droit d’expression
    – etc…..

    En fait, tout ce qui risque de nous tomber sur la tête si un jour ces pays devenaient tout-puissant : hahahhhhahah (certains le sont déjà me direz-vous..)

    Ensuite, je fais le compte des pays qui ne passe pas mon test (nous en avons tous au moins 3 ou 4 en tête…) et j’évite ensuite d’acheter leurs produits ou d’adhérer à leurs concepts (et j’en dégoute tout le monde autour de moi …discrètement…)

    Ainsi, en plus, d’avoir l’impression de ne pas consommer idiot :

    – je limite les rejets de CO2 occasionnés par le transport de ces produits….
    – Je donne une chance aux locaux qui d’une part pourront travailler honnêtement en n’ayant pas à rivaliser avec des filous pour survivre, locaux qui ayant plus de travail et donc plus de pouvoir d’achat devraient aussi consommer local et me feront peut être travailler moi aussi.

    Plus que jamais nous devons travailller ensemble là ou nous sommes et pas contre les autres ici ou ailleurs.

    Serviteur

  9. Plouf dit :

    C’est dommage j’aurais bien aimé que l’on boycotte les artistes (faute de pouvoir boycotter tous les autres) qui gagnent essentiellement leur argent grâce à leurs fans français et pourtant s’en vont à l’étranger pour ne pas payer les impôts en France. La crise c’est pour tout le monde, ils oublient d’être solidaires.
    C’est encore les petits qui vont devoir payer la crise, eux ne peuvent pas quitter le pays.

  10. J’en conclus donc que les interdictions d’export de produits à destination de pays comme L’IRAN sont devenus totalement illégaux ;. Peugeot peut reprendre ses livraisons

  11. Bonjour, je vient de lire l’article de Libé sur le boycott, hallucinant mais en allant chercher d’autre infos sur le net, je suis tombé sur se site http://www.boycott-illegal.fr/legislation-et-jurisprudence/ : Une loi de 1977 interdirait déja l’appel au boycott qui serait punis de trois ans de prison et de 45 000 euros d’ammende ! Bizarre, qu’un journaliste de Libé ne soit pas au courant de cette loi, passe encore, mais de la part d’une ministre du gouvernement… Ou alors j’ai pas tout compris, merci de m’éclairer. Au plaisir de vous lire. PHIL…

    • Asokka dit :

      Salut Phil, concernant ton lien :

      « Le site http://www.boycott-illegal.fr a été créé pour dénoncer le caractère totalitaire et illégal de la campagne de boycott « des produits israéliens et des personnalités israéliennes qui fait rage actuellement dans les milieux pro-palestiniens. » [sic]

      Il a été mis en ligne seulement quelques mois après celui-ci:
      http://www.bdsfrance.org/

      Il est toujours important de chercher qui se cache derrière un projet pour mieux en saisir les intentions.

      La loi que tu mentionnes s’applique uniquement pour une discrimination commise à l’égard d’une personne physique ou morale.

      Et je dois t’avouer que j’accorde autant de sérieux à ton lien que j’en accorde aujourd’hui à cette circulaire. ^^

      Bien à toi.

  12. DJL 93VIDEO dit :

    Ils peuvent nous interdire les appels au boycott, mais ils ne pourront jamais nous empêcher de boycotter ce que l’on rejète …

    Le boycott est une arme …

  13. lolx dit :

    Interdit ! , un peut de bon sense les gents!

    sur que le gouvernement aimerai bien interdire tous genre de choses, greve dans la police, boycott,,…
    qui pourrai interdire de ne pas acheté quelque choses !

    c’est un ‘non sense »
    laissé les rêver

  14. lololpapypilierdcon dit :

    Bon, on sait qu’on peut toujours appeler à

    ‘l »emborgo personnel »
    « l’embargo citoyen »
    « ne plus consommer »
    « s’émanciper face à la mauvaise qualité d’un produit »
    « ne pas acheter un produit particulier »
    « … »

    Les mots, çà se choisi, donc t’en qu’il y a des lois à la con comme çà et comme tout ce qui n’est pas interdit est par défaut autorisé, suffit de changer un mot et hop, pirouette (faite comme nos élus, pirouette sur pirouette qu’ils comprennent l’inutilité du vent de leurs énormissimes conneries qui sert toujours les intérêt des mêmes)

  15. BliB dit :

    Discriminons les urnes…

    “A vingt heures, à la télé, quand tous les pauvres sortent du travail, on ne peut pas dire toute la vérité. Sinon la majorité n’irait pas travailler le lendemain. ” Coluche

    Et la TV aussi 🙂

  16. leo libre dit :

    ATTENTION les loulous l’article propose des idées fausse il me semble !

    On parlait d’appel au boycott antisémite en 1933 en Allemagne par les nazis. On sent bien avec cet exemple que l’appel au boycott n’est pas forcément quelque chose de libertaire : cela dépend du type de boycott ! Alors attention à ne pas glorifier à n’importe quel prix le boycott !

    La loi française, de ce que j’en comprends, distingue l’appel au boycott envers une personne par rapport à une de ses caractéristiques (homme/femme, juif ou autre) et l’appel au boycott envers une marque. Le premier est décrété illégal car c’est un appel injustement discriminant. Le second quant à lui est TOUT A FAIT LEGAL ! D’après ce que je comprends, le titre de votre article est donc faux et ne peut servir qu’à décourager des personnes voulant faire des appels à boycott complètement légaux. Votre article est donc anti-libertaire si vous ne rectifiez pas son titre ainsi que son contenu !!!

    L’appel au boycott d’un pays par le peuple est un cas intermédiaire entre un appel contre un individu et contre une marque car c’est un acte qui vise à la fois un état (par exemple qui fait de la merde sur ses décisions politiques) mais aussi qui vise des individus non impliqués sciemment dans les actes politiques de leur gouvernement mais qui subissent quand même les conséquences du boycott. Ce serait comme dire les allemands sont des nazis ! (parce qu’ils sont gouvernés par des nazis). Ou les chiliens sont des dictateurs ! (parce qu’ils ont eu Pinochet). Ce qui, on peut le comprendre facilement, est complètement fasciste et extrémiste envers ces personnes.

    Bref, attention de bien comprendre les choses avant de crier au loup !

    Je signale que je ne suis pas un connard de centriste et que si je suis arrivé sur ce site, c’est que je suis justement en train de lancer un appel à boycott vis-à-vis de certaines entreprises et de proposer des alternatives…

  17. Tonton d'Afrique dit :

    Si tu veux boycotter sans les provoquer alors trouve une appellation qui remplace ce mot.
    DONC : REJET DES PRODUITS DE《729》PAR EXEMPLE.

Laisser un Commentaire à lololpapypilierdcon