The Black Iron Prison

« The Black Iron Prison », traduisez « la Prison de Fer Noir », initialement un concept de système de contrôle social postulé par le célèbre auteur de science-fiction Phillip K. Dick, est une revisite de La Discordia, « Le Magnum Opiacé de Malaclypse le Jeune.

Bienvenue à la Prison

Salut mec. Bienvenue à la Prison.

Tu crois que tu t’es réveillé ici juste aujourd’hui, pas vrai ? Réfléchis bien. C’est toute ta vie qui t’a mené jusqu’ici. Le fait est que tu es né pour être ici.

Bouge-toi, va visiter. Je serai là quand tu reviendras.

Ça semble plus petit que ça ne l’est en réalité, pas vrai ? Parfois, ça ne semble pas si mal en fin de compte. Cependant… Tu regardes au travers de ces barreaux et tu vois tout ce qui te manque. L’espoir. Les rêves. Ce qui aurait pu être. Viens ici, mets tes paumes sur le Fer Noir, agrippe les barreaux, laisse-moi te montrer quelque chose.

Tu sens ça ? Ce sont tous les livres que tu as lus. Et le mur entier ici c’est ton adolescence. Regarde : ta collection de CD. Le sol sur lequel tu t’es réveillé ? Tes parents. Comme je te l’ai dit, tu es né pour être ici. C’est ta vie, c’est le piège froid de ta propre existence. Tu t’es tagué toi-même dans l’un des coins.

Donc, tu te demandes pourquoi tu te sens pris au piège ici, dans ta propre vie. Pourquoi maintenant, pourquoi aujourd’hui, peux-tu apercevoir les barreaux de la Prison de Fer Noir que tu t’es construite ? Parce que tu as arrêté de réagir et que tu as reculé. Tu pensais que tu pouvais faire tout ce que tu voulais – tu as essayé d’être auto suffisant et pan ! Tu t’es cogné la tête contre le mur.

Qu’est-ce qui se passe ? Ah oui, ça arrive quand la claustrophobie s’installe. Quand tu ne savais pas encore que tu étais piégé, tout allait bien. Mais à présent que tu sais, tu peux voir ta vie entière, usée et monotone s’étaler devant tes yeux, prisonnière de ces quatre murs, de ces six côtés. Ce n’est qu’une abjecte panique que tu ressens à présent. Certains disent même que la mort ressemble à ça : une vie immobile, immune et insensible à ce que tu désires réellement.

Regarde autour de toi. Regarde ces barreaux noirs et froids. Le plafond sans couleur. Le sol dur. C’est ton univers. C’est le monde dans lequel tu vas vivre le reste de ton existence, ici dans cette Prison. Tu vas épuiser ta vie dans un doux désespoir. Ou pas si doux si tu décides de prendre la route de la révolte / du clocher. Quelle que soit la route, courte ou longue, c’est du pareil au même. Mort, immobile.

Donc, si tu es intéressé, j’aimerais t’inviter à une évasion…

Tu n’as qu’à faire demi-tour.

Qui a écrit ça?

Nous n’avons aucune illusion quant à la portée de ce texte. La diffusion de nouvelles idées dans ce monde sans une campagne de marketing de plusieurs millions a autant de chances d’atteindre son but qu’un avion de papier dans un ouragan.

Mais nous tentons notre chance.

Pour la plupart, les gens qui ont assemblé ce document sont d’accord sur le fait que la planète sur laquelle nous vivons est devenue un asile d’aliénés, et que quelque chose doit être fait contre ça.

Mais, nous sommes en désaccord sur presque tout le reste.

Nous avons des divergences sur le comment tout ce bordel est arrivé et vers quoi il tend.

Ce que nous avons observé c’est que plus les gens sont capables de penser par eux-mêmes, et moins ils sont disposés à se crever sous les ordres des autres. Un esprit ouvert est plus à même de percevoir les illusions que cette civilisation promeut, d’en apprécier la stupidité et de tenter quelque chose pour changer cela.

Nous pensons qu’il en irait de l’intérêt de tous s’il y avait plus de penseurs créatifs et critiques pour analyser la situation et diffuser leurs observations.

Où cela va-t-il nous mener ? Nous ne le savons pas vraiment.

Mais nous en sommes arrivés à un point où tout changement ne pourrait être qu’un bon changement.

L’histoire de l’univers connu et l’héritage d’un long cheminement philosophique et scientifique aboutissent aujourd’hui à cette tentative de vous inciter à émettre votre propre pensée critique.

Et si vous ne le voulez pas, vous resterez derrière. Vous devrez nous rattraper seul.

Car personne ne fera marche arrière pour vous sauver.

Mais putain, qu’est-ce que tu crois que tu es en train de faire là?

« Mais putain, qu’est-ce que tu crois que tu es en train de faire là? »

Écrit dans l’esprit par le Bon Révérend Roger.

C’est pas le dernier reality show ! C’est pas un nouveau gadget électronique à la mode ! C’est pas une sonnerie de portable ! Alors pourquoi, nom de dieu, es-tu en train de te faire chier avec ça ? Tu ferais mieux de jeter ça avant que quelqu’un te voie… tu pourrais avoir des emmerdes, ou pire ! Tu pourrais avoir l’air d’un con ou d’un cave !

Écoute génie… les puissances ont travaillé très dur pour s’assurer que tu aies toutes les informations et les distractions dont tu penses avoir besoin. Et c’est comme ÇA que tu les remercies ? En lisant un flyer subversif qui a sans doute été abandonné par un taré anti-Sarkozy primaire ? Hein ? C’est ça la gratitude pour toi ?

Tu préférerais pas abandonner ce truc et allumer la télévision ? Tu rates sans doute quelque chose d’essentiel là. Qu’est-ce qui va se passer pendant ton heure de table pendant que les collègues seront en train de discuter des derniers rebondissements de l’Île de la Tentation que tu vas rater ? Hein ? Tu seras un paria ! Tes collègues se foutront de ta gueule dans ton dos et tu seras mis à l’écart de l’équipe. Bonne chance pour ta prochaine promotion mec, DTC !

Allez, regarde… déchire ça, vite, avant que quelqu’un ait remarqué que tu le lis et nous prétendrons que tout ceci n’a jamais eu lieu, OK ? Maintenant, retourne au travail et fais gaffe à ce que tu fais !

Ou alors, eh bien, tue-moi !!!!!

Être libre

Tu n’en as pas encore eu assez ? T’es pas malade de tout ça ? Tu devrais. La maladie est ta manière de vivre. Prends cette pilule, fais ce travail, mais on ne te donnera jamais assez de temps pour cuisiner, alors bouffe ce repas tout fait.

Hey, ça peut te tuer… peut-être, mais pense aux pauvres enfants qui crèvent de faim en Éthiopie. Bien sûr, ton apathie pour la politique a contribué à cette merde, mais pense à eux ! Fais gaffe à ça, mange ceci, regarde cela, prends ta merde, bois ta bière et garde le sourire. Nous te dirons où tu dois aller et quoi faire.

Tu en as marre d’être acheté et vendu comme du bétail ? Es-tu un mouton ou une chèvre ? Tu veux être mené par le bout du nez ou pousser au cul les pasteurs, ensuite peut-être rendre fou le troupeau, exorcisant le Jésus qui est en eux ?

Il y a trop de tout de nos jours, tout ce qui – en un sens – n’est rien. Suivre les voisins et les modes tout en essayant de payer les factures alors que ton attention est distraite par des bécasses vides dans la boîte à conneries. Cela te pousse jusqu’à un point où l’attention devient un effort trop important et où les dépressions de la société deviennent un choix attrayant.

Et c’est exactement ce que NOUS voulons ! Les petits moutons fatigués poussés à courir par les chiens fidèles toute la journée jusqu’à ce qu’ils soient trop fatigués et se soumettent, ils se brisent. Qui sommes-nous ? Aujourd’hui, presque tout le monde… ton chef, tes gouvernants, les gens responsables de l’Île de la Tentation, du Juste Prix, toutes ces inepties déversées par la TV… une immense confédération sans visage essayant sans cesse de te pousser dans cette voie et qui te convertit en fidèle de tout ce que nous voulons.

Mais tu peux être libre. Tu peux signer ta petite Déclaration d’Indépendance aujourd’hui, renverser la table sur la gueule de cette alliance des idiots qui te prennent tout ce que tu as ! Comment ? En nous ignorant et en suivant ta propre route. Oui, c’est si simple. Qu’est-ce ça t’a apporté de nous offrir ton attention si ce n’est te distraire et de te déprimer ? À moins d’avoir fait cela, tu ne peux te posséder toi-même, même si tous tes besoins sont assouvis. Tu peux vivre la « vie » sauve, morte d’un serviteur ou tu peux la vivre de la manière dont elle était destinée à l’être, excitante et terrifiante mais, en fin de compte, libre.

Ce matin

Ce matin je pouvais sentir les barreaux autour de moi lorsque je me suis réveillé ; dans le ciel froid et grisâtre dégoulinant sur le sol à travers mes lunettes de soleil ; jusque dans les lumières blafardes de la rue traversant les vitres du bus, dans l’ascenseur du bâtiment où je travaille. D’un bureau à un autre, à un autre, à un autre…

Au moins certains ont des vitres.

Mais à quoi bon avoir une vue sur l’extérieur lorsque c’est au travers de barreaux ? À quoi bon voir le soleil se réverbérer sur les feuilles des arbres lorsque c’est un mur de verre qui ressemble à un énorme barreau ? Lorsque tu es piégé dans une cellule après l’autre, que signifie encore le paysage ? Lorsque tu es piégé dans une cellule qui te suit partout, est-ce important le lieu où tu te trouves ?

Peut-être est-ce mieux si tu ne peux pas VOIR les barreaux…

C’est ce que je pense certains matins lorsque les barreaux sont tellement visibles autour de moi. Lorsque chaque mur devient barreau pour me garder emprisonné, enfermant mes pensées dans les limites approuvées de ma cellule. C’est ce que je pense quand je peux voir la cage que tous les gens traînent avec eux, qui les cerne alors qu’ils vont au travail, faire les courses, boire un verre au bar. Quand je peux VOIR les barreaux, VOIR les cages qui enferment tout le monde (et même moi), VOIR les bagages que les gens emportent avec eux et qui détermine comment ils voient les autres, je me demande…

Les autres AUSSI peuvent-ils voir les barreaux ? Ou est-ce juste moi ?

Est-ce que je vois seulement les barreaux ? Les barreaux sont-ils RÉELLEMENT là, ou est-ce juste parce que c’est un jour de pluie et que ça me fout toujours un peu le bourdon ? C’est tout est dans ma tête, est-ce JUSTE dans ma tête ou bien les autres peuvent-ils les voir également ? Si les autres PEUVENT les voir, ont-ils pensé à sortir de la cage, à ouvrir la porte ? Ou bien sont-ils tellement bien conditionnés qu’ils pensent que les barreaux sont CENSÉS être là ?

Avons-nous seulement vu les barreaux tandis qu’on les mettait autour de nous ?

Est-ce lorsque nous avons grandi, apprenant de nos amis, des adultes (intentionnellement ou non), que nous avons mis les barreaux nous-mêmes ? Nous ont-ils, nous sommes-nous donnés les barreaux ? Savaient-ils ce qui allait se passer ? Voulaient-ils savoir ? Voulons-nous savoir ? Ou bien avons-nous simplement mis les barreaux parce que nous les avons vu autour de ceux qui nous éduquaient, juste pour suivre le mouvement ? Sommes-nous nés dans la cellule et avons-nous réalisé trop tard ce que cela signifiait ?

Il me semble que les barreaux ont toujours été autour de moi, et que je n’ai jamais véritablement réalisé qu’ils me gardaient prisonnier.

Après tout, les barreaux semblent avoir toujours été là, le fer froid habillé d’une confortable familiarité. Il m’est arrivé d’avoir une cellule plus spacieuse où les barreaux semblaient plus éloignés, et parfois j’avais besoin que ma cellule soit petite afin de garder certaines choses EN DEHORS et moi Á L’INTÉRIEUR.

Au moins, j’ai été capable de changer de cellule une fois dans ma vie, c’est vrai hein ?

Dis, c’est vrai ?

Quelque chose & Rien, Vérité & Mensonge

Avant le commencement, il y avait 50% de chances que rien n’existe et 50% de chances que quelque chose existe. Afin de déterminer si quelque chose ou rien devait exister, « ils » décidèrent de lancer une pièce de monnaie. Cependant, pour lancer une pièce encore aurait-il fallu que celle-ci existât. C’est ainsi que quelque chose gagna. Nous existons donc parce que quelque chose est un salopard menteur et tricheur.

Nombreuses sont les religions cultivant une forte dichotomie entre la vérité et le mensonge. Dans le Zoroastrisme, il y a deux dieux, un de la vérité, un du mensonge. Dans le polythéisme nordique, le chef des dieux est Odin qui représente la sagesse et la vérité ; son principal adversaire est Loki, dieu du mensonge et de la tricherie. Dans le Christianisme, Jésus est « la Vérité, la Voie et la Vie » tandis que Satan est souvent décrit comme un escroc et un menteur.

Dans chacun de ces cas, cependant, l’existence n’est PAS BASÉE SUR LA VÉRITÉ. Selon le Zoroastrisme, lorsque le dieu de la vérité aura vaincu le dieu du mensonge, l’existence cessera. Dans le polythéisme nordique, le Ragnarok (la fin du monde) sera la bataille finale entre Odin et Loki et le monde cessera d’exister lorsque le dieu de la vérité aura vaincu le dieu du mensonge. Selon la prophétie chrétienne de l’Apocalypse, tous les véritables croyants seront élevés au paradis, abandonnant ainsi le monde au mensonge.

Plus attentivement vous observerez l’existence, particulièrement la vie et la psychologie des organismes les plus évolués, plus ça devient apparent. Prenez le flirt : plus il sera évident que vous cherchez à entrer dans une relation, plus il y aura de chance que la personne vous fuit. Taquinez-les, prétendez ne pas les aimer, jouez les personnes difficiles à avoir et plus les autres chercheront à vous avoir. Prenez l’économie : plus forte est la demande, plus élevé est le prix ; plus vous offrez, moins vous recevrez en échange. Prenez la physique : chaque action entraîne une réaction égale mais OPPOSÉE. Prenez la politique : les tentatives pour tenter d’endiguer les drogues, l’alcool, le jeu, la prostitution, la pauvreté et la faim dans le monde n’ont jamais fait qu’empirer le problème.

Plus nous approchons de la découverte de ce dont les choses sont faites, moins elles nous semblent exister. Nous avons découvert que tout dans notre monde est constitué de molécules, et la majeure partie de n’importe quel objet est en réalité un espace vide entre ces molécules. 90% de ces molécules ne sont que du vide tandis que 10% représentent les atomes. 90% de ces atomes ne sont qu’espace vide, moins de 10% représentent les protons, neutrons et électrons. Ces particules subatomiques sont constituées de quarks avec encore plus de vide entre eux. Le peu d’espace occupé par les étoiles et les planètes est, en fait, 99,99% de rien. Plus nous approchons de la découverte de quoi nous sommes faits, plus nous réalisons que nous sommes faits de rien.

Cependant, persistent de petites poches de résistances contre ce rien, qui maintiennent leur existence en se mentant les unes les autres à son propos ; que ce mensonge prenne la forme de la gravité, de l’électromagnétisme, du magnétisme, de l’attraction physiologique, de l’influence politique, de la magie ou de n’importe quelle autre force, il ne s’agit là que d’une malhonnêteté qui doit se perpétuer afin de maintenir sa présence.

Si vous acceptez que ce soit là la vérité, je me demande ce que vous pourrez bien croire lorsque vous serez finalement convaincu que c’est un mensonge.

Nous ne sommes pas loyaux envers le gouvernement

Et

Nous ne sommes pas loyaux envers les individus

Mais

Nous pouvons aider les individus à être loyaux vis-à-vis d’eux-mêmes.

Racaille

Mes Seigneurs, Mesdames, Messieurs et les Racailles. Bienvenue.

Bon, les trois premiers allez vous faire foutre, ici c’est réservé à la troisième catégorie.

Vous vivez vos gentilles petites vies, levez-vous, allez regardez la télé, servez-vous un plateau-repas.

On est bien installé ?

Regardez TF1, France2, Sci-Fi ou les nichons sur XXL. Tout ça, mec, ce ne sont que des variations sur un même thème, la même putain de chose encore et encore, qui se répète dans nos petites cervelles jusqu’à ce qu’elle en explose.

OK, je vous ai appelé racaille, pourquoi ? Parce que c’est tout ce que vous êtes pour eux, c’est tout ce que vous serez toujours pour eux.

Qui eux ? Une société secrète ? Une conspiration américaine ? De la merde à la X-Files ?

Que dalle, ce sont des gens qui prennent un marteau pour vous le foutre sur la gueule et vous abattre. Ce sont toutes les personnes qui vous ont toujours dit quoi penser, quoi dire, quoi faire.

Ça remonte à l’école et ça continuera ainsi toute votre putain de vie. Si vous le voulez. Vous voyez, tout ce qu’on vous demande, c’est de penser, pas de balancer vos outils et de rejoindre FO. Quand quelqu’un te dit quoi faire, quoi dire, vous remettez ça en question, vous pensez par vous-mêmes. Bien sûr, vous pouvez y arriver seul, mais dans ce cas, c’est votre choix, pas un ordre.

Vous pensez que Dieu peut vous sauver ? Vous pensez que votre pays peut vous sauver ? Vous pensez que la race humaine peut vous sauver ?

Vous êtes seuls les mecs, personne n’en a rien a battre de vos petites vies. Tous ceux que vous connaissez, avez connus ou connaîtrez veulent quelque chose de vous. Votre patron, votre partenaire, le gars en bas de la rue. Tous voient, lorsqu’ils vous regardent, qu’ils peuvent obtenir quelque chose de vous. Et vous faites pareil, nom de Dieu, avec eux.

Arrêtez de nier, si vous pouvez être honnêtes 5 secondes avec vous-mêmes alors vous verrez que ce que je dis est juste.

C’est la grande race des rats mâles, ou si vous la jouez martiale, la rattenkrieg, la guerre des rats. Vous êtes un outil et c’est ainsi que l’on vous veut, moi y compris.

Alors, quel est le but de cette conférence ? Laissez-moi être honnête, oh oui c’est rare. Je veux quelque chose de vous, comme tous les autres, je veux votre liberté.

Je vois que cela vous perturbe, non c’est pas ce que vous pensez les mecs. Vous êtes tous enchaînés, rabaissés et vous ne le réalisez sans doute même pas. Conditionnement culturel, ça fait mal au cul, mais on y passera. On nous enseigne à obéir, à écouter, à suivre la ligne du parti. Ils nous jettent à la figure une poignée de libertés comme des croquettes à des chiens.

Je ne vous demande pas de vous battre contre le système, je ne vous demande pas de rejoindre une putain de révolution, je ne vous demande même pas vous joindre à un mouvement. La seule chose que je vous demande c’est de vous réveiller, de penser par vous-mêmes. D’autres avant l’ont fait, des gens qui ont réalisé ce qui se passait et qui ont appris à vivre leur vie en remettant sans cesse en question le statu quo.

Et maintenant qu’est-ce que vous en dites ? Je vous invite à une évasion, tout ce que vous avez besoin de faire c’est de vous forger votre propre crochet à serrures, vous pensez y arriver ?

Double Tricherie

Et donc, j’étais à nouveau sur les routes. Je devais voyager quelques jours ; un ami venait de rentrer de Hong Kong et restait sur Londres pendant quelques jours avant de repartir. Putain de veinard.

Comme je n’avais rien à faire dans le train, j’allumai la radio et décidai d’écouter un talk-show. Il s’agissait de deux politiciens s’opposant dans un débat sur les élections à venir.

J’écoutais pendant un moment, espérant que j’aurais pu accrocher une chaîne de musique et me disant que j’aurais dû apporter quelques CD avec moi. Le débat devenait de plus en plus chiant, et se transformait en conflit gauche/droite : abandonnez votre liberté sociale pour plus de liberté économique ou abandonnez votre liberté économique pour les libertés sociales.

Mon dieu comme cela est stupide ! Me surpris-je à penser. Ainsi, en gros, je devrais abandonner une liberté afin d’en acquérir une autre ? En y regardant de plus près, il n’y avait même pas l’ombre d’un choix. Bénéficier du « marché d’économie libre » de la Droite, signifie que tu dois d’abord avoir de l’argent. Et à gauche, sans liberté économique, la liberté sociale n’est rien, puisque l’argent constitue une large part de la structure sociale.

Où se trouvait donc le choix ? Il y a sans aucun doute certaines différences. En tout cas chez les deux personnes concernées. Mais, la philosophie de base demeure la même. Presque tous nos politiciens actuels proviennent de l’élite « d’Oxbridge ». Et c’est sensiblement la même chose pour les dirigeants des deux partis, qu’ils soient de gauche ou de droite. Et dans tous les cas, ils sont gagnants, car plus riches que les administrés qu’ils sont sensés représenter.

Ce sont deux tricheurs. Ou plutôt, une double tricherie idéologique. Il paraît (ce « il » étant censé représenter le même impersonnel que dans « comme tout le monde le sait », et peut-être la « communauté », peu importe ce qu’on met derrière ce terme) que l’on ne peut pas tromper un honnête homme, mais c’est une façon de se sentir supérieur aux pauvres idiots qui ont tellement perdu dans ce qu’ils croyaient être un jeu honnête.

Cependant, vous pouvez tromper un honnête homme, si vous vous y mettez à deux. Jouez les antagonistes, par exemple un « voleur » pris dans une bijouterie et un « policier » exhibant l’objet du délit comme preuve. En réalité, vous travaillerez ensemble pour votre propre profit. C’est ainsi que les politiciens continuent de tromper le public. Nous entretenons encore et toujours cette même vieille garde engagée dans une ronde de chaises musicales année après année. C’est la politique moderne.

Continuez à voter pour vos augmentations de salaire et assurez-vous qu’aucun traitement fiscal ne soit appliqué aux riches. Et les gens se demandent pourquoi les extrémistes et l’apathie gagnent chaque jour du terrain…

Une Vie sans Barrières

On dirait que ça t’a rendu malade tout ça. T’en as assez ? Tu as décidé que nos pilules et notre nourriture pré-emballée pouvaient te tuer ? Tu as raison. C’est ce qui arrivera.

Ça craint que tu doives bientôt partir au travail, pas vrai ?

Bien sûr que ton apathie a contribué à tout ce bordel. Tout ce temps passé à bouffer et à boire, à regarder la télé, et à éviter toute implication dans le monde… Et maintenant que pourrais-tu bien faire ?

Pose-toi cette question : suis-je une forme de vie bovine ? Tu crois que t’es en train de brouter de l’herbe là ? NON ! Alors pourquoi es-tu vendu et acheté comme du bétail ? T’en as marre d’être mené par le bout du nez ?

… OUI ?! Alors, il y a encore de l’espoir pour toi ! Il n’y a rien de plus épanouissant que de fuir le troupeau. Une vie sans barrière, c’est génial, tu devrais essayer.

Aujourd’hui nous n’avons rien ; et ce rien nous l’avons en excès. Quand les Dupont achètent une toute nouvelle bagnole, tu en achètes une aussi. Qu’importe si c’est une Peugeot de 2006 ou de 1969 ? Ce sont les modèles « cool ». Si c’est un modèle 1988 alors ça craint. Qui a décidé ça ? Ce sont les choix déprimants que la société nous encourage à faire. Choisis A ou choisis B. Choisis l’un ou l’autre, car quelqu’un aura de toute façon quelque chose de plus « cool » que tu devras envier.

Et c’est exactement ce qu’ILS veulent ! Des moutons fatigués et envieux, dépendants des caprices de la télévision. Un groupe d’idiots vides trop affairés à payer leurs factures et à se plaindre de devoir faire autre chose. Qui est responsable de ce bordel ? Eh bien, toi ! Mais tu n’es pas le seul. Tes chefs, tes dirigeants, les médias en général. Ce sont ceux qui t’ont apporté la télé-réalité, les jingles inutiles des radios musicales et toutes ces choses qui ne valent pas d’être vécues.

C’est attristant de dresser un tel portrait, mais il n’est jamais trop tard pour changer. Tu peux être libre. Déclare ton indépendance aujourd’hui ! Fracasse les tables de cette alliance d’idiots et fais que ta vie soit belle à nouveau ! Comment ? Ignore ce qu’ils te disent. C’est aussi simple que ça. Bien sûr, tu les entendras toujours, mais cela ne signifie nullement que tu doives faire tout ce qu’ils disent. Tu n’as plus besoin de les suivre. Trouve ton propre chemin.

Ce pourrait être le début d’une nouvelle vie pour toi.

Ce que tu Lis en ce Moment

Nombreux sont ceux qui n’ont plus la force de continuer à dissimuler le message.

Certains tissent quelques métaphores, mais pour la majorité, à ce stade, ça ne vaut plus la peine d’embellir les choses, ou de prendre le risque que le message que nous essayons de faire passer ne soit pas compris.

L’heure est venue pour les gens de commencer à penser par eux-mêmes. Suivre les traces des autres et faire ce qu’ils nous demandent n’a pas marché jusqu’ici.

En fait, il devient très difficile d’éviter de voir combien bordélique cet endroit est devenu, et que pour beaucoup, la situation semble suffisamment urgente pour continuer à ne rien faire.

Nous voulons que les gens pensent par eux-mêmes, et nous délivrons ce message sans aucune bonne intention à l’égard de la manière dont les choses tournent sur cette planète.

Nous ne désirons rien d’autre.

Nous ne voulons pas vous enrôler et n’avons aucun besoin de votre numéro de téléphone. Nous ne voulons pas d’un auditoire béat et nous ne voulons pas nous taper vos meufs. Nous ne voulons pas que nos lecteurs vendent quoi que ce quoi. Nous ne leur demandons pas de participer à nos réunions. Il n’y a rien à mémoriser et nous n’avons besoin d’aucun serment d’allégeance.

Nous avons juste remarqué que peu sont ceux qui savent réellement ce que signifie vivre par soi-même sur notre bonne vieille planète Terre en 2010.

Si cela vous chante, affublez-nous du titre « d’association pour les handicapés de la liberté ».

La Parabole du Gong

Il était une fois un jeune discordien appelé Baguette Dorée. Un jour-matin, lors d’une illumination soudaine, il se demanda en quelle saison son pays était.

Peut-être était-ce la saison de la Discorde, au tournant de la Bureaucratie. Assurément, l’Ordre s’élevait à des niveaux de toxicité sans pareille.

Ou peut-être était-ce déjà la Bureaucratie, au tournant des Conséquences. Assurément, le Désordre allait croissant dans l’odieux.

Dans sa Quête de Réponse, Baguette Dorée alla chercher le moine discordien Sansfroc. Sansfroc s’était étendu dans un sous-sol, car il lui aurait été obscène de sortir. Baguette Dorée ôta ses pantalons et descendit les escaliers. En bas, Sansfroc était assis sur un coussin dans la position du lotus.

« Mon sage ami Sansfroc, je suis venu te poser une question », dit Baguette Dorée, « qu’est-ce que la bureaucratie ? »

« En Inde », dit Sansfroc, « ils attachent les éléphants aux arbres en utilisant de fines cordes. Un éléphant pourrait facilement couper la corde, cependant il reste à sa place. Que penses-tu de cela ? »

Baguette Dorée se gratta avec perplexité et haussa les épaules.

« Lorsque l’éléphant est jeune », dit d’un ton monocorde Sansfroc, « il est trop faible pour briser ses liens. Il essaye, mais en fin de compte il abandonne. En grandissant, l’éléphant n’essaye plus de couper la corde, car il croit qu’il échouera toujours ».

« Ainsi, la corde n’est pas la chose qui garde l’éléphant à sa place », dit Baguette Dorée. Regardant avec étonnement Sansfroc, il ajouta, « c’est très intéressant, mais qu’est-ce cela a à voir avec la Bureaucratie ? »

« La Bureaucratie », dit Sansfroc, « c’est attendre que le feu passe au vert en pleine nuit alors qu’aucune voiture n’est en vue ».

Au travers du temps et de l’espace, un gong retentit.

Baguette Dorée quitta le sous-sol et retourna vers le monde réel, profondément perturbé. Tandis qu’il roulait vers chez lui, il grilla 5 feux rouges. Sa joie allait croissante à chaque feu. Avant la fin de son voyage, il était en train de rigoler comme un fou venant de s’échapper de l’asile.

Les années passèrent et Baguette Dorée continua ainsi sa course vers les Conséquences. Il ignora les stops routiers, grilla les feux rouges, et décapota le toit ouvrant de sa voiture en dépit des risques de chutes de pierres.

« Bonté divine ! », cria Bung-Fu le Siphonné en s’accrochant au tableau de bord. « Tu vas nous tuer tous les deux ! »

« N’importe quoi ! Je me suis émancipé des toutes ces triviaux codes de la route », ricana Baguette Dorée, « je suis un signe avant-coureur des Conséquences ! »

« Tu conduis toujours ainsi ? », dit Bung-Fu le Siphonné tandis qu’il bouclait sa ceinture de sécurité.

« Toujours », dit Baguette Dorée en hochant la tête.

Au même moment, le moine Sansfroc faisait rouler son nouveau gong afin de traverser la rue vers son sous-sol. Il attendit que le feu passe au rouge pour les voitures, puis poussa le lourd instrument de percussion sur la route…

… La collision fit exactement le même bruit que celui de l’illumination.

C’est quoi ton Problème?

Es-tu simplement à demi-analphabète ou bien est-ce un choix conscient ? Pourquoi en es-tu arrivé à confondre le fait d’être doué de conscience et celui d’être sédentaire ? Ainsi donc, tu as évolué jusqu’au point où ton cerveau est devenu suffisamment complexe pour concevoir un moyen de transmettre des sons et des images dans une boîte trônant dans le salon de tout un chacun… Un produit de l’immense complexité de notre intelligence collective utilisée à la seule fin de s’autodétruire. Ce n’est pas parce tu PEUX poser ton gros cul toute la journée et regarder Derrick que cela signifie que tu DOIS le faire. Toi, en tant qu’individu, tu es lentement écrasé et étouffé par le pouce autoritaire qui bloque la jugulaire de ta liberté et tu ne fais rien contre ça. Pourquoi ? Parce que tu es également écrasé par le poids de ton triple cheeseburger quotidien ; par le fardeau de ta loyauté à Desperate Housewives. TU devrais être prêt à tout (NDT : jeu de mots avec le titre de la série Desperate Housewives, littéralement « femmes/épouses prêtes à tout ») et je ne parle pas de l’être pour la paire de fesses du maître nageur.

Où est ta fierté ?

Où est ton feu ?

Est-ce qu’il y a encore quelque chose derrière ton regard vide ou bien tout a-t-il été concentré à l’extrémité de ton index pour une plus grande efficacité d’utilisation de la télécommande ? Regarde ce que tu as perdu. Cela fait longtemps maintenant que tu es incapable de trouver et tuer ta propre nourriture, fabriquer tes vêtements, te construire un abri, te défendre contre une menace physique ou utiliser tes jambes pour aller là où tu veux. Maintenant tu vas perdre ta capacité à penser par toi-même ? Es-tu fou ? Non bien sûr, tu ne l’es pas.

Et voilà bien où est le problème ! Tu deviens dingue lorsque tu apprends que les votes de la Star Ac’ sont peut-être truqués, mais quid d’HADOPI ? Bah ! Ces conneries n’ont rien à voir avec ta vie ! Tu es engoncé dans les chaînes de l’esclavage qui pénètrent jusque dans ton 6m² par les câbles coaxiaux de ton ADSL ; par le signal de ton téléphone portable ; par l’écran de ta télé de merde. Pourquoi sortir ? Ton petit monde est juste là, à portée de main, et tu n’as aucune raison de laisser la réalité y pénétrer. Tu n’as qu’à attendre qu’ils développent enfin la téléportation. Oh pas pour aller où tu veux, mais pour qu’un flot sans fin de frites et de crèmes glacées puisse couler jusque chez toi sans lever ton cul. Putain, tu n’auras même plus à te lever pour aller bosser puisqu’un mec de Mumbaï fera ton job à ta place. Tu auras encore PLUS de temps à consacrer à tes émissions télé favorites ! J’ai entendu dire qu’ils allaient rediffuser X-Files sur TF1, ne rate pas ça !

Pendant ce temps, quelque part, quelqu’un se lève ; il éteint tous ces appareils sans lesquels tu ne peux pas vivre ; il tente de se réapproprier sa liberté ; et il en chie. Il n’y a personne à rallier à la cause, personne pour prendre les armes contre l’oppresseur, personne pour garder vivace la flamme de l’espoir contre le non-être tyrannique qui nous consume tous. De toute manière, qui serait assez fou pour échanger tous ces juteux et croustillants récepteurs cathodiques fluorescents contre ça ? Qu’y a-t-il à gagner ? Ceux qui sont libres sont désespérément minoritaires, et, en définitive, les consommateurs/consumés ne percevront dans tout changement de paradigme qu’un zapping de plus sur leur télé.

Tu vois, nous avons eu raison tout du long. La révolution ne sera pas télévisée.

Elle l’a déjà été…

Tu sens ça?

Tu sens ça ?

Tu sens que ça arrive ? Dis, tu sens le vent du changement ?… Eh bien, non !

Tu ne sens rien.

Tu ne peux pas.

Tu t’es illusionné par tes rêves d’un beau réveil flambant neuf, d’un changement de paradigme radical de la conscience collective. Tu t’es convaincu que quelqu’un (peut-être toi) viendrait et mettrait à bas les Pouvoirs Qui Sont™ contrôlés par la MACHINE™. Tu as tort !

Il n’existe aucun « Pouvoirs Qui Sont™ ». La MACHINE™ les a déposés il y a bien longtemps, ou peut-être sont-ils juste devenus obsolètes, victimes de leur propre efficacité. Tu vois, il y a très longtemps la MACHINE™ est devenue bien trop grande pour être contrôlée par une conspiration ou par un réseau de conspirations. La MACHINE™ n’est plus sous le contrôle de l’humanité ; elle est devenue une entité à part entière. Un aveugle et indifférent rouleau compresseur d’assimilation et de médiocrité. La MACHINE™ se nourrit de la nature statique de l’humanité. Tout agent de changement est perçu comme une mutation dangereuse devant être neutralisée et dont on doit se débarrasser le plus vite possible. Oui, toi y compris. Eh oui, moi aussi.

Pourquoi penses-tu que je t’exhorte sans cesse à devenir TOI-MÊME un agent du changement ? J’ai mes propres plans et mes propres machinations pour y arriver, mais je veux tout d’abord voir la manière dont la MACHINE™ te traitera, avant de finaliser MON maître plan.

Tu vois, pour être efficace en tant que catalyseur il faut se confronter au problème d’échelle. Tu ne PEUX PAS mettre la MACHINE™ à bas. Tu ne peux même pas la ralentir. Tout ce que tu peux faire c’est commencer, très lentement et discrètement, à réorganiser les composants de base. Nous nous y référerons en tant que « widgets » et « sprockets » (NDT : il s’agit là d’une bibliothèque en langage Ruby qui préprocesse et concatène des fichiers sources ligne par ligne afin de produire une unique concaténation finale). Si un widget A et un sprocket B se combinent afin d’exercer une influence C sur le bourbier puant connu sous le nom d’« humanité », alors il est raisonnable de penser que la MACHINE™ peut être reprogrammée à un niveau très élémentaire en agissant sur des incréments très réduits. Tu perds ton temps à rêver sur la façon de déclencher un changement à une échelle globale, nationale ou régionale (et cette impasse, ajouterais-je, te condamne à un état perpétuel de béate apathie) ; à rêver de constituer un groupe de compagnons partageant le même état d’esprit et qui marcherait avec toi jusqu’aux portes de la tour d’ivoire du haut de laquelle tu pourrais précipiter ceux qui t’ont trompé et exploité.

Eh bien, devine quoi ?

TU ES celui qui t’a trompé et exploité ! Tu es passé sur la solution la plus évidente, la plus efficace – la seule possible.

Suicide-toi, tas de merde !

Je plaisante.

Ou pas.

Mais sérieusement, c’est ce que je suis arrivé à croire ; que le véritable sens de cette phrase si souvent utilisée à mauvais escient « nous devons rester isolés » est : nous ne pouvons pas mettre en œuvre des changements à grande échelle et si nous essayons, nous SERONS neutralisés. À l’inverse, tout un chacun devrait faire un effort conscient afin d’opérer une reprogrammation mineure de la MACHINE™ de manière telle que cela nous affecte nous et notre environnement immédiat. Produisons une mutation limitée et donnons-lui une chance de devenir viralement efficace.

Si nous induisons tous des modifications dans notre propre paradigme (et cela ne demande aucun effort, bien qu’être un débile béat ne compte pas), il y AURA peut-être une convergence telle que le changement à grande échelle que nous espérons tant produire sera impossible à arrêter.

(Veuillez insérer ici un slogan spirituel en guise de conclusion).

Il n’y a pas de Conspiration!

Écrit dans l’esprit par le Bon Révérend Roger.

En dépit des rumeurs que vous auriez pu entendre, il n’y a pas de conspiration. Certainement pas menée par ces trous-du-cul et abrutis de Discordiens et de Subgenii. Ces groupes sont trop stupides et égocentriques pour se hasarder à attaquer les démons qui assaillent notre société au moyen des techniques de neuroprogrammation de la MACHINE™ (qui, bien sûr, n’existe pas). Tous ceux qui disent le contraire devraient se foutre un bonnet en papier alu sur la tête.

En fait, l’idée même d’une cabale secrète de cinglés, de fanatiques et de mutants qui aurait pour but de mettre à bas le monolithe que nous appelons gouvernement est ridicule. Tout particulièrement si l’on considère leur méthodologie non violente. Tout le monde sait que les révolutions n’adviennent que par les fusils et les figures quasi mythologiques, non ? L’idée voulant qu’un obscur groupe puisse corrompre les gens par le biais d’images et de mots imprimés destinés à altérer les humeurs et les comportements est de la science-fiction pure et simple.

Et même s’il existait, comment pourrait-il arriver à ses fins ? Après tout, la vie en Amérique est géniale en ce moment, non ? Les choses ne pourraient pas aller mieux ! À moins que votre travail n’ait été délocalisé, ou que vous soyez nés pauvres, ou que vous ayez des idées farfelues concernant les libertés civiles… Mais dans ce cas, vous ne comptez pas réellement de toute manière.

Alors, relax, citoyens, ignorez cette impression de sol se dérobant sous vos pieds, et rejetez toutes ces rumeurs bizarres. L’Amérique est en sécurité, l’économie est florissante, et vous avez une foultitude de trucs à regarder à la télé. Et JFK et Lee Harvey Oswald sont tous les deux morts de causes naturelles en 1963, et, en définitive, tout est si merveilleux depuis lors. Allez, prenez une bière et zappez sur Koh Lanta, et…

RENDORMEZ-VOUS !

Ou tuez-moi.

Traduction française par Spartakus FreeMann sur http://www.kaosphorus.net

Projet Wiki de The Black Iron Prison (en anglais uniquement)

Lire le pdf sur scribd

A Propos de l'Auteur

KeïKo
Comédienne, co-fondatrice d’Amsha - Visiter son Site / Voir tous ses Articles


Laisser un Commentaire